Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Lors des dernières vacances, j’ai organisé pour Joséphine, 5 ans, et Basile, 3 ans, une fête d’indiens à laquelle ils ont invité leurs petits copains. Une journée plus que réussie que je partage avec vous ici.

La déco

Nous avons préparé la décoration avec Joséphine : il nous fallait un tipi, un feu de bois et un totem bien sûr !

Le totem a été fait très simplement : à partir de 2 cartons recouverts de nappe en papier banche. Economique et rapide. J’ai dessiné dessus quelques visages au style indien et Joséphine les a peints comme elle le voulait. J’ai ajouté deux ailes (en carton recouvert de chutes de papier peint), tout simplement enfoncées dans des fentes tracées dans les côtés des cartons.

 

Nous avons aussi utilisé du carton pour faire des flammes que nous avons posées dans des morceaux de bois ramassés autour de la maison.

Le tipi, c’était un simple escabeau couvert de deux rideaux blancs et d’un plaid à franges ! Avec quelques plumes au sommet, le tour était joué.

Ensuite, j’ai préparé la table en usant (et en abusant) de motifs géométriques triangulaires. Les serviettes ont été découpées pour former deux triangles, j’ai ajouté du papier à paillettes découpé en triangles pour faire une frise. J’ai aussi découpé des tipis dans du papier autocollant que j’ai collé sur les pailles et dessiné des triangles sur les gobelets et sur les photophores. Il n’y a que les pailles à chevrons qui ont été achetées ainsi. Vous en trouverez facilement. Et pour chacun, j’ai ajouté quelques bonbons cactus, un sablé en forme de tipi et un des tipis en plastifou que Joéphine avait réalisés.

Au centre, nous avons placé quelques plantes grasses et cactus et créé un tipi en papier de tapisserie et masking tape :  c’était le grand tipi que les enfants pourraient soulever une fois accomplies toutes les étapes pour devenir de vraies indiens… Et puis le petit détail qui fait la différence… et qui fait plaisir, ce sont ces colliers d’indiens faits à partir de fils à scoubidou, de perles et de plumes.

  

Pour finir, au mur, j’ai ajouté -encore- des triangles sur le miroir existant et du papier à motif dans ce style par dessus mes cadres (papier de decopatch à 1€ la feuille). J’y ai inscrit de petits messages à destination de mes indiens en herbe.

Le goûter

Pour le goûter, puisque ce n’était pas un anniversaire, nous n’avons pas prévu de gâteau mais des bonbons-cactus, des sablés faits maison et découpés en forme de feuilles et de tipis (très facile et joli rendu!) et des chouquettes.

Les animations

Passons au plus drôle : les animations qui ont fait que les enfants ont plongé dans un monde imaginaire. Pour l’occasion, je m’étais aussi déguisée et maquillée et j’ai accueilli les enfants en leur parlant en langage indien et en leur mettant leur collier au cou.

ETAPE 1 : AVOIR UN NOM D’INDIEN

Nous nous sommes assis autour du feu et je leur ai expliqué avec une voix grave les étapes qu’ils allaient devoir suivre s’ils voulaient devenir de vrais indiens (ils étaient bien sûr tous partants!). Tout d’abord, ils devaient se choisir un nom indien. Moi j’étais Bison Sage ! Eux ont choisi un nom puis un adjectif parmi des propositions (plus facile ainsi avec de jeunes enfants). Puis nous avons fait un petit jeu de rôle pour nous saluer, à base de « Moi Bison Sage, toi? Moi Plume Dorée. Hugh Plume Dorée ! Hugh Bison Sage ! »

ETAPE 2 : ETRE MAQUILLE

Quand ils ont eu leur nom, j’ai commencé à les maquiller : deux ou trois traits de la couleur de leur choix sur les joues. Pour avoir plus de maquillage, comme moi, il fallait être un bon indien ! Et un petit triangle sur le menton pour celui qui parlait bien comme un indien, et un sur le front de celui qui avait bien fait son cri d’indien… Au fur et à mesure de la fête, ils étaient de plus en plus maquillés et ils ont adoré ça !

ETAPE 3 : PRÉPARER LA PLUS COLORÉE DES PLUMES D’INDIEN

Joséphine, Basile et moi avions préparé des sablés que j’avais découpés en forme de plumes avant de les cuire. Lors de la fête, les enfants invités pouvaient les décorer avec du glaçage (du sucre glace avec quelques gouttes de colorant alimentaire et d’eau). Ils ont aimé ajouter ces couleurs vives (même si les cuillères ne sont pas idéales pour étaler le glaçage, je manquais de pinceaux alimentaires).

ETAPE 4 : PEINDRE SON PORTRAIT D’INDIEN

J’ai proposé ensuite aux enfants une activité artistique : peindre et décorer leur portrait d’indien. Je suis partie d’un modèle de la moyenne section de Lolo. Sur une feuille canson 24*32, les enfants ont :

  • dessiné un visage avec contour, bouche, yeux et nez
  • peint ce visage (à la peinture gouache en palette très diluée pour que les couleurs restent claires) et choisi une couleur pour peindre le contour
  • collé des cheveux (bandes de papier noir pré-découpées)
  • choisi quelques plumes et un ruban de masking tape pour former un bandeau d’indien
  • ajouté des triangles autour (pré-découpés également)
  • écrit leur nom d’indien dessous pour les plus grands

 

ETAPE 5 : DANSER NAGAWIKA

Je gardais un super souvenir d’enfance de la chanson Nagawika, pas question de passer à côté ! Une fois les portraits terminés, nous sommes retournés nous asseoir autour du feu et nous nous sommes d’abord exercés à faire un cri indien digne de ce nom. Succès fou bien sûr ! Puis nous j’ai mis la chanson -fort!- et nous avons dansé autour du feu.

Et l’heure tant attendue est arrivée : les enfants étant devenus de vrais indiens, bien maquillés, capables de danser, chanter et parler comme des indiens, je leur ai annoncé qu’ils allaient pouvoir soulever le grand tipi. Je ne sais pas si j’ai eu le temps de finir ma phrase : les indiens en herbe passaient déjà à l’action et dévoraient les bonbons qui se trouvaient dessous !

Une très très chouette journée ! Les enfants ont eu plaisir à parler comme des indiens ensuite et à jouer et danser autour du feu et du tipi. Et puisque nos invités restaient dormir, nous avons regardé Pocahontas.

Alors, prêts à organiser une fête ou un anniversaire indien?!